Mon précieux!!!!!

Ca y est !
Je l’ai sous les yeux !!! Le graal, le précieux !
Le contrat d’édition !

Après cette envolée lyrique mettant en avant quelques unes de mes influences littéraires, redescendons sur terre et analysons ensemble avec attention ces deux objets :

– la lettre d’accompagnement
– le contrat

La lettre d’accompagnement.

Cher auteur,

Nous avons le plaisir de vous informer que votre manuscrit intitulé : « Le monde perdu d’Elkania – Tome 1 Les manges-doigts » a retenu toute l’attention de notre comité de lecture. Nous souhaiterions donc vous proposer un contrat d’édition àcompte d’éditeur.

Cependant, nous nous permettons de vous rappeler que nous sommes une petite structure totalement indépendante, enthousiaste et désireuse de porter les œuvres de nos auteurs, certes, mais que cela peut parfois nécessiter un minimum de garanties. C’est pourquoi, pour entamer le processus d’impression de votre œuvre et les frais immédiats que cela occasionne, nous souhaiterions, préalablement, lancer une souscription à trente exemplaires laquelle couvrirait les premiers frais engagés et constituerait une garantie.

Nous nous permettons de vous rappeler qu’il s’agit d’une pratique courante chez les éditeurs de taille modeste, que celle-ci n’a aucun rapport avec l’édition à compte d’auteur et qu’elle ne préjuge en rien de la diffusion-distribution future de votre livre et que vous gardez vos droits d’auteur sur les trente exemplaires en souscription.

Dans le cas où vous acceptez notre proposition, nous vous invitons à signer et dater le contrat et à nous le retourner en double exemplaire par voie postale.

Afin de gagner du temps, pouvez également nous transmettre, par mail, un résumé du 4 ème de couverture concernant votre roman, 2 ou 3 photos de vous, ainsi que votre date de naissance nécessaire pour les déclarations officielles.
Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire.

Nous vous prions de croire, cher auteur, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Bruno SAT,
Directeur des Éditions Terriciaë

Plus de la moitié de la lettre est consacrée au processus de souscription que je m’en vais de ce pas tenter de vous expliquer. Il s’agit en quelques sortes de promesses d’achat. Je me dois de trouver 30 personnes s’engageant a acheter mon livre lorsque son impression sera terminée.

Mais Erwan, cela veut dire que tu vas nous mettre a contribution ?
– Que nenni! réponds Erwan. Il ne me viendrait pas à l’idée de courir après 30 personnes, j’aurais l’impression de vous forcer la main.
–  Mais Erwan, que vas tu faire alors ? (Voix anxieuse, presque paniquée a l’idée que le futur succès planétaire des Mondes perdus d’ Elkania soit compromis)
–  Arghhhh ! Pa Ni Pwoblèm. Une trentaine d’exemplaire, c’est a dire entre 300 et 400 euros, je pense que je les investirais de ma poche, si je prend la décision de travailler avec Terriciae, me soustrayant de ce fait a cette pratique et m’évitant les regards suspicieux et hagards de mes compatriotes lorsque je leurs demanderais de remplir un petit papier ou ils s’engagent sur l’honneur a acheter mon livre.

Moment de silence, roulements de tambours, c’est la minute mathématique.

Le livre sera vendu ??? euros, chiffre inscrit noir sur blanc dans le contrat. Bon effectivement ce chiffre n’est pas très clair. S’agit t-il d’un code secret ? Un jeu ? Soyons fou, acceptons le fait que le chiffre de vente ne soit pas encore connu mais d’après mes sources, celui-ci devrait osciller entre 12 et 14 euros. Je vais toucher sur les 2000 premiers exemplaires 8%, pour simplifier mettons 1 euros. Si 400 exemplaires sont vendus, l’opération ne m’aura rien coutée et j’aurais le bonheur incommensurable de voir mon roman en bonne place dans les rayons de la Fnac.

 Fin de la minute mathématique.

– Erwan, que penses tu de cette pratique?– Très honnêtement, je n’ai pas d’avis tranché, contrairement a certaines personnes sur le Net qui hurlent au scandale. Le contrat est un vrai contrat à compte d’éditeur, compte tenu des difficultés réelles que rencontrent les auteurs a se faire reconnaitre par les maisons d’édition, c’est un effort financier que je suis prêt a faire.
– N’y a t-il pas une erreur dans le titre, très cher Erwan?
– Si effectivement, le titre exact est « Les Mondes perdus d’Elkania », ce détail, anodin dans les deux premiers tomes, aura son importance a partir du Tome III.

Le contrat

Après mures réflexions, au moins aussi mure que la banane qui trône en bonne place sur mon bureau, les commentaires sur le contrat feront l’objet d’un article a part.

Paradoxalement, c’est la chose ou je me sens le plus à l’aise. Ceux qui connaissent ma vie antérieure, savent que j’ai épluché, découpé, analysé, rédigé, corrigé, validé, autorisé, signé plus d’un contrat dont les enjeux financiers dépassaient de loin la compréhension des personnes normales que nous sommes aujourd’hui.

Cependant, le domaine de l’édition mettant totalement inconnu, je vais prendre mon temps, me faire conseiller. Si par hasard, une âme sœur lisant ces quelques lignes, possédait une connaissance particulière dans ce domaine et souhaitait m’aider, les portes de mon cœur lui serait grande ouverte a défaut des portes de mon portefeuille.

 Allez ! Sur ce, je vous fais a tous de grosses bises j’ai du boulot.

Salut les lapins et très bientôt le prochain article touchant cette fois-ci au contrat d’édition!

Erwan

PS : Ce blog se veut interactif, n’hésitez pas a commenter sous quelques formes que ce soit mes écrits. Je répondrais personnellement, si, si moi tous seul avec mes petits doigts.

Publicités
Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , | 17 commentaires

Erwan…Erwan…

Mais Dieu du ciel pourquoi Erwan?

Je vous dois quelques explications. Pourquoi un pseudo, un nom de scène, un alias. Je m’appelle Yves Chauvet, juste pour bien préciser que je n’ai aucune honte a porter et écrire mon véritable nom.

Je suis Breton (Né à Brest et baptisé à Crozon dans une petite église – la seule me semble t-il – ou 20 personnes peuvent tenir debout). Comment traduit-on Yves en Breton?……OUI!…Erwan. Ca c’est pour l’origine.

Oui mais alors le pourquoi?

J’écris deux types de romans bien distinct. Des polars/thriller et des romans pour un public plus jeune. Je ne souhaite pas qu’il y est un amalgame entre les deux genres d’ou Erwan.et puis j’aime bien Erwan…nananère, et comme c’est moi qui écrit et bien je fais ce que je veux.

Donc voilà la raison, je publie les romans jeunesse sous le pseudo d’Erwan parce que c’est court et simple et j’utiliserais mon véritable nom lors de l’édition (imminente bien sur .-)) des chroniques de Julien.

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Premiers pas

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur mon journal en ligne plus communément appelé « Blog ».

Dans les semaines et les mois qui viennent,  j’essayerais dans la mesure du possible, de vous faire vivre la naissance d’un roman. Je vous passe l’étape de conception, même si, sur celle-ci, il y aurait beaucoup de choses à dire, pour démarrer cette aventure à la réception du mail me confirmant que mon manuscrit a été retenu par un comité de lecture et que je recevrais, dans les jours qui viennent mon premier contrat d’édition.

Ci-jointe une copie de ce mail.

« Cher Auteur,

Les éditions Terriciaë nous ont confié la lecture de votre tapuscrit. Après lecture, je vous informe que votre tapuscrit intitulé « LE MONDE PERDUS D’ELKANIA Toime 1 Les manges-doigts » a été retenu par le comité de lecture. J’ai transmis votre dossier aux éditions Terriciaë. Dans les prochains jours, ils vous transmettrons votre contrat d’édition.

Cordialement, La présidente du comité de lecture,

Malika »

Très chère Malika, laissez moi supposer que votre mail de réponse est standard et que vous n’aviez alors qu’a taper le titre de mon roman, c’est à dire, si j’enlève les articles : six mots. Seriez-vous surprise d’apprendre qu’il y a trois fautes ! Le titre exact est « Les mondes perdus d’Elkania. Tome 1 : Les manges-doigts ». Bon ! Vous allez me dire que je suis tatillon et que je devrais certainement balayer devant ma porte, cependant….allez, je me lance, « ils vous transmettront » avec un « t » à la fin serait, si je puis me permettre, bien plus approprié.

Passé la minute d’euphorie de la réception du mail, pouvez-vous imaginer mon état d’esprit ? Certes, j’ai très certainement une idée fausse du monde de l’édition et des comités de lecture mais je vous avoue que je m’attendais à autre chose.

J’ai même cru à une blague c’est vous dire, jusqu’à ce que Mr Google me confirme que les éditions Terriciaë existe vraiment. Mais ca, c’est une autre histoire……

Publié dans Uncategorized | Tagué | 8 commentaires